Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !


ATLANTIS CHRONICLES

Propos receuillis par Kzaf le 17 mars 2016


Alex Houngbo, guitariste du groupe Atlantis Chronicles (ex-Abyss) nous fait le plaisir de discuter quelques instants de son second opus « Barton’s Odyssey ».

Ultrarock : Salut Alex ! Alors comme ça on a décidé de ne parler QUE de mythologie aquatique ?

Alex Houngbo : Eh oui ! Déjà, pendant l’élaboration du premier album, nous avions tous dans l’idée d’élaborer notre musique autour d’un concept original plutôt que de simplement composer des morceaux sans aucune ligne directrice. En mutualisant nos idées, nous sommes arrivés à ce concept-là avec la volonté de raconter une véritable histoire. C’est ce que nous avons sur le premier album, et ce second opus raconte la suite de notre histoire.

Vous avez donc gardé le même héros que dans le premier, William Beebe ?


Non, cette fois-ci notre héros s’appelle Otis Barton. Il faut savoir que Beebe et Barton, ont réellement existé (ndlr, Beebe et Barton ont réellement existé, notamment pour avoir établi un record d’exploration sous-marine de 923m en 1934 grâce à un des tout premiers submersibles). Nous faisons revivre ces personnages dans une fiction proche du réel. Dans le premier album, nous racontions comment William Beebe perdait peu à peu la tête au fur et à mesure qu’il descendait dans les fonds marins. Dans « Barton’s Odyssey », c’est l’histoire de Barton qui part à la recherche de son ami William Beebe. Il retrouve la carcasse de son submersible au fond des mers et s’aperçoit que de grands changements vont avoir lieu, menant à une apocalypse.
Tout au long de l’album, tu te rends compte que cette histoire est contée à une génération du futur, à des millénaires de nous.
A travers cette histoire, nous voulons raconter comment notre civilisation en est arrivée là dans sa relation avec la Terre.

Concrètement, il y a une certaine fin, une certaine conclusion de votre histoire dans cet album.

Oui, mais le récit étant raconté des millénaires plus tard, nous avons le champ large pour continuer avec cette optique-là.

C’est donc tout à fait plausible que vous proposiez quelque chose de similaire pour un éventuel troisième album ?

Oui, en théorie, mais ce n’est pas encore à l’ordre du jour. Nous avons aussi envie d’aborder le thème de l’Atlantide et de sa disparition mystérieuse mais rien n’est encore acté.

Au niveau des sonorités de votre album, avez-vous essayé d’y inclure des sons caractéristiques du milieu aquatique ? Comment avez-vous souhaité transmettre l’ambiance océanique dans votre son ?

On a inclus pas mal de sound design dans l’album, en souhaitant créer une ambiance unique.
Pour ce qui est de la composition, on s’est quand même beaucoup focalisé sur l’apocalypse plutôt que sur le monde aquatique en particulier.

L’enregistrement de cet opus s’est-il bien passé ?

Ce n’est jamais évident, ce genre d’exercice, mais ça s’est globalement bien passé. On avait repris la même équipe de production avec qui le travail a forcément été plus simple grâce à des affinités déjà construites avec le premier album.

Vous avez envie de repartir avec la même équipe pour le prochain ?

A voir. Nous sommes allés au bout de notre démarche avec ces deux albums. Je pense que nous aurons besoin de prendre un nouveau départ dans notre musique et dans sa production.

D’un point de vue scénique, avez-vous des rappels de l’atmosphère de l’album ?

Non, c’est un exercice vraiment différent et nous souhaitons mettre en avant la musique, essentiellement, sans trop d’artifices. Pour le moment, en tout cas. Nous aimerions mettre tout ça en place, mais pour l’instant ce n’est qu’une question de moyens.

Des dates à venir ?

Un peu partout en France, en Suisse et Europe. Tout se décante petit à petit.

Tu sens une différence dans l’accueil de cet album après un premier opus derrière vous ?

C’est un peu tôt pour te répondre mais nous sommes bien évidemment beaucoup plus rodés et préparés que pour le premier et prêts à convaincre notre public de nos progrès.

Si tu avais une grosse tête d’affiche dont faire la première partie de tes rêves, tu penserais à qui ?


Gojira ! L’ambiance pourrait s’y prêter assez bien !

Kzaf

 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011
!-- phpmyvisites -->