CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    
i   n   t   e   r   v   i   e   w   s
 
B U R N I N G   R A I N


Interview réalisée par Doro’ le 08 avril à La Dame de Canton, Paris
 

A l’occasion de la tournée acoustique de Burning Rain, nous avons discuté avec le duo fondateur afin d’en savoir un peu plus sur « Face The Music », son quatrième album. Ça se passait à La Dame de Canton le mois dernier.


Bonjour à vous deux. Pouvez-me présenter votre projet Burning Rain ?

Doug Aldrich : Nous avons créé ce groupe de Hard Rock en 1998 avec Keith. « Face The Music » est notre quatrième album. C’est une nouvelle partie de notre carrière et c’est un groupe sur lequel nous sommes vraiment concentrés. Nous sommes tous les deux guitaristes et chanteurs, et il y a aussi Sean à la basse et Matt à la batterie, mais qui ne sont pas avec nous aujourd’hui. J’ai aussi joué dans Whitesnake et maintenant je joue dans The Dead Daisies. Keith joue dans un autre groupe qui s’appelle Montrose.

Keith St.John : Nous sommes en ce moment en tournée promo pour cet album que nous présentons en acoustique. Nous allons revenir à la fin de l’année pour des concerts électriques mais nous sommes vraiment concentrés sur cette idée acoustique pour le moment. Nous avons quelques concerts prévus sur des festivals européens l’été prochains et quelques concerts prévus aux Etats-Unis.

Vous préférez jouer en acoustique ou en électrique ?

Keith : Les deux sont vraiment cool à jouer. Le premier met en avant la puissance, équilibré avec la batterie et la basse. Le tout ensemble est vraiment génial. Mais jouer en acoustique est tout aussi intéressant, ça sonne différemment, c’est une autre approche. Il n’y a pas une façon de jouer qui relève l’autre.

Keith : J’aime les deux (rires). Tu peux vraiment prendre le temps d’écouter et de comprendre les textes quand tu écoutes un concert acoustique. En électrique, il y a toujours une batterie derrière toi et un chanteur qui crie fort. L’acoustique permet de proposer quelque chose de plus posé, un autre environnement plus immersif. C’est un vrai challenge de front pour nous finalement. On va montrer ce qu’on est capables de faire depuis toujours d’une manière différente. Etre guitariste est pour moi quelque chose de cool et de génial en même temps. Je me tiens juste là, sur scène, avec ma guitare dans les mains et on partage la scène ensemble. C’est vraiment génial.

Peux-tu m’expliquer ce que Burning Rain signifie ?

Doug : C’est une partie de notre vie de musiciens qui est très importante pour nous. C’est l’attraction de deux côtés opposés, qui sont réunis ensemble et qui forment une chose incroyable qui s’appelle Burning Rain.

Le feu et l’eau sont deux éléments qui ne sont pas vraiment compatibles à l’origine…

Doug : Oui exact. C’est phénoménal.

Keith : C’est une image assez ironique en fait, mais c’est une bonne ironie. Ce sont deux éléments contraires qui se rencontrent pour ne former qu’un.

Doug : Ce sont deux éléments que composent l’univers : un dur qui en rencontre un doux. C’est le feu et l’eau qui s’unissent et qui créent ce bon nom de groupe qu’est Burning Rain (rires).

Que pensez-vous de l’évolution du Hard Rock ces dernières années ?

Keith : Je pense qu’il a beaucoup évolué et que nous faisons partie, à notre manière, de cette évolution. Nous aimons ce style de Rock. As-tu écouté notre album ?

Oui bien sûr !

Keith : Donc c’est exactement ça, cette évolution. C’est comme un genre de mix entre du Rock classique, agrémenté de nos sons et de nos inspirations. Il y a eu une réapparition de ces sonorités « Classic Rock » dans les années 2000, spécialement avec Judas Priest, Scorpions, Whitesnake et tous les groupes de ce genre. Certains ont continué sur cette lancée, certains ont totalement arrêté ou disparu et d’autres encore ont pris d’autres orientations.

Pourquoi avez-vous choisi de jouer uniquement en acoustique pour cette tournée ?

Doug : Cet album est une sorte de frontière tu sais. Il y a quelques années, nous avons joué sur ce festival à Milan, en Italie, et on nous a fait comprendre que les gens voulaient quelque chose de plus exclusif. Puis on avait ce nouvel album à promouvoir (« Face The Music ») et avec Keith on voulait en faire quelque chose d’exclusif, en organisant une tournée acoustique exclusivement.

Keith : C’est facile de jouer sur une grande scène mais dans ce contexte, nous ne jouons vraiment que tous les deux, nous n’avons pas besoin de beaucoup de place pour jouer.

Doug : On joue déjà beaucoup en électrique mais avec Keith, on a décidé cette fois de rendre notre musique plus sensible. Tourner seulement ensemble, c’est plus simple pour se déplacer d’une scène à une autre. On peut jouer dans des villes plus petites que d’habitude. On voulait vraiment créer cette sorte d’intimité avec notre public comme on le fait avec toi en ce moment, par exemple. Nous avions besoin de nous sentir plus proches des gens, ce qu’on ne peut pas faire quand on joue sur des grandes scènes.

Peux-tu me dire pourquoi il y a une sirène qui est représentée sur la cover de votre album ?

Doug : Ça vient des paroles de Keith. A l’origine, nous avons travaillé sur un titre de l’album qui s’appelle « Lorelei » et Keith a eu une vision de ce titre qu’on a traduit en artwork finalement.

Keith : Je ne voulais pas spécialement que les gens pensent que ça représente quelque chose en particulier. C‘est la légende d’une jeune sirène mais ce n’est pas nécessairement une sirène en fait. C’est seulement une fille assise sur les rochers qui bordent une rivière et, quand elle chante, sa voix se répercute tout autour d’elle. Il y a beaucoup de navires qui naviguent dans les environs et beaucoup entendent sa voix. Mais il y a beaucoup de courant dans cette rivière, comme tu peux le voir sur la cover. Il y a également beaucoup de navires, de marins et de passagers dans cet endroit. Ça représente finalement la direction qu’on a voulu prendre avec « Face The Music », qui est le titre définitif qu’on a finalement choisi pour cet album.

Le duo doit malheureusement écourter notre entretien pour aller faire ses balances et préparer son unique concert français ce soir même à Paris. Du fait, j’ai juste le temps de les remercier pour ce court entretien avant de leur souhaiter un bon concert.

Pour découvrir Burning Rain, c’est ici : http://www.burningrain.net/

Doro'

Crédit photo selfie : Doug Aldrich ;)




   

CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION