COMITY
Interview de François par Fabior destructor




•  Cela fait plus de 10 ans que Comity arpente la scène METAL EXTREME, présentez-nous quelles sont les principales étapes importantes de la carrière du groupe jusqu'à maintenant ?
Comity a été formé il y a plusieurs années par Thomas et moi. Nous avons enregistré une première démo, qui au final n'est même pas sortie. Puis deux ans après le split avec le groupe XII, notre coté du split s'appelait « the catharsis syntax project ». Deux ans après la sortie de notre premier album « The deus ex-machina as a forgotten genius » suivit un an et demi après par le EP, « The Andy Warhol sucks EP ». Et cette année juillet 2006 notre dernier album « As everything is a tragedy... ». Il y a également eu quelques parutions sur différents compils comme « Phoenix risen » chez Candlelight, Revolution Calling…

•  COMITY puise ses influences des plus diverses, et cette combinaison de multiples styles a pour effet de créer un univers musical riche, intense et original que l'on retrouve dans ce nouvel album… qu'en penses-tu ?
Si c'est ce que tu as ressenti ça me fait plaisir. On essaye d'être le plus fidèle possible dans la retranscription de nos sentiments en musique, on travaille également beaucoup nos instruments individuellement. Je pense que ça doit se ressentir dans l'album... Après chacun aura un jugement différent, une façon d'écouter et d'apprécier ou de détester cet album.

•  Le côté « chaotique et apocalyptique » de votre musique s'est enrichi d'un côté très technique, c'était prémédité dès vos débuts ?
Absolument pas, à aucun moment nous nous sommes dis « tiens maintenant on va composer le morceaux le plus technique possible ». Nous composons vraiment des morceaux qui sont le reflet de nos sentiments, émotions... la technique nous aide ensuite à les retranscrire le plus fidèlement possible, mais composer de façon technique n'est pas du tout un objectif. Si un riff simple exprime quelque chose on l'utilisera (il y en a d'ailleurs certains dans le dernier album et dans celui d'avant également).

•  Vos titres sont longs, montent en puissance avec un côté progressif… lors de la composition, il nous semble distinguer un groupe qui aime peaufiner au maximum chaque titre, calculateur ou instinctif ?
Instinctif, oui énormément. Tout ce que l'on compose vient des tripes. Calculateur ensuite donne un coté trop mathématique à la musique, et je ne me reconnais pas dans ce mot. Je dirais plutôt « perfectionniste », dans le sens où nous voulons, comme je l'ai dit plus haut, que la musique qui exprime nos émotions et messages soit le plus fidèle possible. Le message n'en sera que plus clair et compréhensible. Nous nous prenons beaucoup la tête sur les structures, l'agencement des riffs, les breaks, les ponts, les enchaînement, les tempos, nous passons tout au microscope et on ne laisse rien au hasard. Lorsqu'une chanson est terminée, il faut impérativement que tout le groupe soit satisfait. Tant que cela n'est pas le cas, on continue à travailler, à changer, essayer de nouvelles combinaisons, options.

•  Dans l'ensemble, COMITY : c'est un travail individuel ou collectif ?
Une fois de plus les deux. On compose de la façon suivante, Yann et moi composons les riffs de guitare chacun de notre coté, ou parfois ensemble. Ensuite on se retrouve et on fait de la guitare toute la nuit à arranger nos parties, modifier des plans, mettre des breaks, commencer parfois à faire une petite structure. Une fois qu'on est satisfait, on ramène tout ca en répète et là on reprend tout avec le reste du groupe, Guillaume pose sa batterie... Le coté collectif dans Comity est présent en répétition car tout le monde a son mot à dire sur tout. C'est-à-dire que si moi je n'aime pas un plan de batterie ou aimerais bien rajouter une cymbale à tel ou tel endroit je lui dis et on teste, si Guillaume n'aime pas quelque chose sur ma partie il va me le dire et on va chercher ensemble quelque chose qui correspond mieux. Et c'est comme ça pour tout le monde. Il y a une règle dans Comity, c'est que si quelqu'un n'est pas satisfait de quelque chose on ne le fait pas, il faut que les cinq membres soient d'accord pour que les choses soient validées. Et c'est valable pour les décisions prises autour du groupe également.

•  Votre premier album était un concept album, qu'en est-il de ce 2 nd opus « As everything is tragedy », les textes prennent-ils une place toute aussi importante que la musique ?
Oui les textes sont toujours importants. Par contre on a voulu faire l'inverse de ce qu'on a fait sur le premier album. C'est-à-dire qu'il n'y a pas de concept pour ne laisser place qu'à la musique. Sortir un album qui pourra être vu de différentes façons selon les auditeurs. C'est la raison pour laquelle les morceaux sont tous attachés, il n'y a pas de blanc, et ils ne sont même pas marqués par des plages, ils sont tout simplement hachés riff par riff ou plan par plan. Il y a donc 99 plages sur cet album pour que l'auditeur ait la possibilité de l'écouter comme il en a envie et alors se faire sa propre idée et façon de l'écouter.

•  La scène post-hardcore semble s'ouvrir de plus en plus au public, il y a une certaine reconnaissance venant d'un public curieux de nouvelles sonorités et de certains médias… il est vrai que ce style n'est pas tant développé, il n'y a pas une grande saturation de groupes, quel est votre point de vue ?
Je suis content que des gens s'intéressent plus à ce style, s'habituent à écouter des groupes moins conventionnels. Néanmoins l'effet de mode qu'il y a autour, personnellement, m'agace un peu. Et forcément va avec ça des gens qui parlent trop, et des groupes fleurissent de nul part en faisant de pâles copies de ce qui se fait déjà... je trouve que ce coté là n'était pas indispensable, et y incruste une ambiance mesquine et hypocrite dont on se serait bien passé... heureusement tout le monde n'est pas comme ça, il y a quand même des gens honnêtes et sincères, qui font de la musique pour eux et non pas pour monter sur scène se rouler par terre et boire des bières en espérant sauter des filles sous prétexte qu'ils sont « dans un groupe de fou »

  Ce nouvel album fraîchement sorti, impatients de retrouver la scène ? des dates et/ou tournée en prévision ?
Plus qu'impatients, ça nous démange. Là on est monté à bloc, on a qu'une envie c'est tourner le plus possible, faire un maximum de concerts partout en France et en Europe, rencontrer pleins de gens pleins de groupes... On a la haine. En prévision pour l'instant une tournée Candlelight en Angleterre, une tournée française. Également une tournée d'un mois dans l'Europe de l'est, puis on espère en Espagne, Portugal, Italie. Toutes ces prévisions ne sont pas encore confirmées, mais j'espère vraiment que ça va aboutir, et qu'on va enfin commencer à enchaîner les concerts.

•  Sur le plan scénique, proposez-vous autre chose au public et qui est en phase avec votre musique ?
Ba tout dépend de ce que tu entends par « proposer autre chose », nous on monte sur scène pour donner le meilleur de nous-même, mettre toute la patate qu'on a dans l'interprétation de nos morceaux. Essayer de faire un concert de qualité, de prendre beaucoup de plaisir... Qui est en phase avec notre musique? Je ne sais pas les gens qui l'apprécient, qui la comprennent et du coup nous comprenne. Les gens qui nous encouragent, les gens qui nous font jouer, nous donnent la parole dans les web zine ou zine... je ne sais pas, ça dépend une fois de plus de ce que tu veux dire par « et qui est en phase avec votre musique ». Dans le public? Dans les groupes? En général?

•  Envisagez-vous d'enregistrer un live ou un DVD ? cela pourrait marquer vos 10 ans !
Ca pourrait effectivement se faire, à la base cet album devait sortir accompagné d'un DVD, mais malheureusement ça demande beaucoup d'argent. J'espère donc qu'on pourra s'offrir ce luxe là un jour, sortir un DVD serait vraiment un bon projet très intéressant à concrétiser.

•  Le public américain a pu vous (re)découvrir grâce à la réédition de votre premier album. Quelles ont été les premières réactions ? le 2 ème album sortira-t-il aux USA ?
Héhéhé, tu touches au point sensible. Pour le premier album, oui ils l'ont découvert, d'après ce qu'on a entendu il a plutôt bien fonctionné. Maintenant dans la mesure où le label qui nous l'a sorti « United Edge Records » n'a respecté aucune clause du contrat, ne nous a donné aucun chiffre de vente, ne nous a pas reversé notre part des ventes, et ne répond pas a nos mails à part pour nous saouler... je ne peux pas t'en dire plus à part conseiller tous les groupes français de faire très attention et de ne pas signer n'importe quoi. Le deuxième album devrait sortir aux Etats Unis. Candlelight a vraiment envie de le faire sortir là bas, et nous on en serait ravi. Mais comme par hasard notre premier label américain « United... » s'est réveillé à ce moment là pour dire qu'on leur appartenait... c'est donc pour l'instant bloqué. Mais on y travaille, on ne va pas se laisser faire.

•  Généralement au fil des années, un groupe fait évoluer de manière naturelle son univers musical, en sera-t-il de même pour COMITY ? Etes-vous prêt à apporter d'autres choses, d'autres évolutions possibles ?
Moi j'ai le sentiment que nous avons évolué depuis l'album précédent. Et j'espère qu'on continuera à évoluer, nous sommes ouverts à tout tant que ça sert à retranscrire le plus fidèlement possible ce que l'on veut faire passer à l'auditeur.

  Le contrat discographique avec le label CANDLELIGHT, est-ce une surprise pour vous ?
Bien sur à aucun moment on aurait espéré signer sur un aussi gros label, qui est réputé pour sa qualité et son professionnalisme. Grâce à Vince d'« Appease me... » c'est désormais chose faite. Et j'espère que ça va durer et se passer aussi bien que ça se passe maintenant.

•  A vous les derniers propos à ceux qui vous connaissent et encouragent, ainsi qu'aux autres qui vont bientôt vous découvrir !
Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent, nous écoutent, viennent nous voir en concert. Merci à toi pour nous avoir donné la parole. J'donne rendez vous à tout le monde sur scène dans différentes tournées, on sera pour l'instant à Paris au Batofar avec le groupe Hydra head, Torch. Bientôt notre nouveau site aux couleurs du nouvel album sur l'adresse habituelle www.comity.fr.fm ou sur myspace, www.myspace.com/comity

Merci d'avoir répondu à nos questions, votre album tue et surtout bonne route !
Yeah merci à toi ça fait plaisir :) bonne continuation, continue à faire connaître ce style et à te casser le cul pour les groupes. C'est bien d'avoir des gens comme ça.

Fabior destructor