Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !


S T R A T O V A R I U S

Propos recueillis par Jo le 06 juillet 2015




Interview de Stratovarius avec deux personnes très sympathiques mais exténuées dans le cadre de la sortie d'Eternal !

Interview réalisée en deux parties. Timo étant absent au début et Jens à la fin.

UR  : A présent qu'”Eternal” va bientôt être dans les bacs, quels sont tes sentiments et tes attentes ?
Jens  : A toi de me le dire. Tu sais, dans un groupe comme Stratovarius, nous n'avons pas beaucoup de temps pour écrire et enregistrer. Pendant trois mois nous sommes la tête en plein dedans et on a du mal à prendre du recul. On est comme dans un tunnel. On essaye d'identifier les meilleures chansons très tôt quand tout est frais à nos oreilles. Car, après quelques temps, tout te semble bon car tu l'as entendu des centaines de fois. Depuis 2008, pour choisir, j'ai ce sentiment que l'on jette de la merde contre le mur et on regarde ce qui y reste collé et on choisit là dedans ! Et, jusqu'ici ça marche plutôt bien.

UR  : Tous les membres ont participé à l'écriture ?
Jens : Oui, sauf notre tout nouveau batteur, qui n'avait rien à proposer et nous ne l'avons pas forcé !

UR  : Après une telle discographie, est-ce qu'il vous arrive de jeter des idées qui seraient trop similaire à ce que vous avez déjà fait ?
Jens : Non, sauf si c'est vraiment « identique ». Mais c'est rare. On jette juste ce qui ne plait à presque personne ou qui n'enthousiasme pas l'ensemble du groupe.
Il peut arriver que l'on retrouve des similarités avec des choses du passé mais quand quatre personnes différentes écrivent, ça donne de la diversité !

UR  : Qui a la décision finale ? Est-ce une sorte de démocratie ?
Jens : Même si cette fois-ci nous avons eu tellement peu de temps que nous n'avons pas vraiment réalisé un vrai vote, oui, c'est très proche d'une démocratie. Même Miko Karmila, l'ingé son, donne son avis et participe au choix.

UR  : Ça a été si rapide ?
Jens : Oui, tout le planning de tournée était déjà préparé et le studio n'était pas libre pour une durée infinie, on n'a donc pas eu le temps de vraiment se poser et de choisir les titres ensemble, mais personne ne s'est plaint. Peut-être que ça viendra plus tard ! Tout le monde voudrait que ses chansons soient choisies.

UR  : Jens, as-tu participé à l'écriture des paroles ?
Jens : Oui, pour mes chansons

UR  : Quels sont les sujets que tu préfères ?
Jens : Les chansons qui parlent de choses personnelles et plutôt positives. J'aime bien aussi si l'on ne comprend pas toutes les paroles, qu'il reste une part de mystère.

UR  : Et quel type de message aimes-tu passer ? La joie, la nostalgie, un message sérieux ?
Jens : La joie principalement ! La loi de base est de rendre les gens heureux ! Bien sûr que nous avons faits certaines chansons extrêmement négatives. Mais c'est assez rare. Timo et Mathias ont aussi écrit une chanson sur les vikings mais ce n'est pas très représentatif de Stratovarius. Au final, l'album comporte deux titres négatifs et le reste est positif !

UR  : Est-ce qu'à l'image des membres d'Helloween, vous avez reçu des messages de fans vous disant que votre musique les avait stoppés dans leurs envies suicidaires ?
Jens : Oui, et c'est formidable ! Et je sais que les deux chansons négatives de l'album ne vont pas donner aux gens l'envie de se suicider. Car ce type de paroles est assez courant dans le metal !

UR  : Jens, tes sons de claviers, sans être si différents de ce que tu faisais dans le passé, semblent néanmoins plus modernes et précis, je dirais. Passes-tu beaucoup de temps à travailler tes sons ?
Jens : Oui j'y passe probablement beaucoup trop de temps ! Mais, tu sais, le metal a un public très « conservateur » et l'on doit faire attention à cela. Tu peux trouver beaucoup de nouveaux sons facilement aujourd'hui. Mais bon, encore une fois, dans le metal, tu te limites vite.

UR  : Peut-être exploreras-tu d'autres horizons musicaux dans le futur ?
Jens : Oui, peut-être. Cela m'est déjà arrivé par le passé d'ailleurs. Dans les années 90. Pour des productions extrêmes comme « Infected Mushrooms » ou alors très minimalistes, un piano et une basse. Je fais ça avec mon frère pour jouer dans des églises en Suède par exemple. C'est très différent mais très agréable.

UR  : Un tour est déjà prêt donc, comme nous l'avons évoqué !
Jens : Oui, c'était même prêt bien avant l'enregistrement. Peut-être que le staff a même organisé le tour pour nous faire travailler plus vite !

UR  : As-tu quelques rêves à réaliser encore ?
Jens : Le rêve, c'est de continuer à faire ce job ! Faire ce que je fais est déjà le rêve de milliers de gens. Et j'aime apprécier le chemin parcouru.

UR  : Pour toi quel est le meilleur aspect de ton travail ?
Jens : Rendre les gens heureux ! Et tu as beaucoup de temps libre !

UR  : Vous voyez-vous beaucoup en dehors du groupe ?
Jens : Nous ne vivons pas au même endroit mais cela nous arrive. Je pense que nous sommes de vrais amis.

Première partie d'interview terminée. Restent quelques minutes avec Timo

UR : Timo, tu fais aussi partie de Cain's offering, comment gères-tu les deux groupes. Y-a-t-il des conflits d'agenda ?
Timo : Oui, bien sûr. Mais les choses sont simples. Stratovarius est prioritaire. C'est une des raisons pour lesquelles Cain's offering ne fera aucun concert cette année mais peut-être l'année prochaine. Je comble en faisant pas mal de concerts acoustiques avec Jani en Finlande. Et peut-être bientôt ailleurs. On travaille beaucoup avec Jani. C'est lui qui a enregistré mes voix pour Cain's Offering mais c'est aussi lui qui a enregistré mes voix pour Stratovarius !

UR  : Un jour peut-être quelques concerts acoustiques en France ?
Timo : Si tu nous trouves un promoteur oui ! (rires) Ce serait sympa effectivement. On le fait beaucoup en Finlande et les gens aiment beaucoup. Alors, pourquoi pas ! On étudie aujourd'hui des possibilités en Amérique du Sud. Alors, pourquoi pas en France !

UR  : Quelles sont, pour toi, les principales différences entre Stratovarius et Cain's Offering ?
Timo : Jani compose quasiment tout pour Cain's Offering. Sauf un titre que nous avons co-écrit. Et puis il y a différents musiciens. (rires) Cain's Offering est une sorte de mix entre le vieux et le nouveau Stratovarius.

UR : Comment fais-tu pour te garder en forme, vocalement ?
Timo : Dormir ! Je devrais d'ailleurs aller dormir maintenant ! Et puis, quand tu as de la technique, ça aide beaucoup. Et je bois peu en tournée.

UR  : Pour toi, quelles sont les évolutions majeures sur “Eternal”? Et les meilleurs titres.
Timo : A toi de me le dire !

UR  : J'ai apprécié l'album mais je voudrais ton opinion.
Timo : Merci. Tu sais, pendant trois mois on a été complètement dedans. Là c'est difficile d'être lucide mais j'ai le sentiment que les titres de Nemesis étaient plus progressifs, bien que « Lost Saga » soit progressive et qu'il y ait toujours des touches progs dans notre musique. Mais, c'est vraiment dur à dire. Toi, quelle est ton opinion ?

UR  : C'est amusant, pour moi, c'est le contraire ! Le « nouveau » strato me semble plus progressif. Et le nouvel album me semble plus posé et, bien qu'il y ait des titres speeds, il donne plus à réfléchir. Et est plus réfléchi et travaillé.
Timo : Ah merci beaucoup. Ça fait plaisir à entendre. Mais, tu vois, c'est ce que je te disais : il est impossible pour moi d'avoir un avis objectif. Peut-être dans cinq ans ! Et si tu me demandais de te chanter un titre, là, j'en serais incapable, j'en connais des parties mais pas tout. Je ne les ai pas encore apprises ! Tu les connais probablement mieux que moi. Mon esprit n'est pas encore prêt !

Jo


retrouve la chronique de l'album Eternal ici



 

 

!-- phpmyvisites -->