Home  - Live reports

DISNEYLAND AFTER DARK  – Le Trabendo – Paris – 01.10.06

D-A-D en France, voilà onze ans que cela n'était pas arrivé. A vrai dire, je pense que les fans n'y croyaient plus. Depuis le helpyourselfish tour, il fallait se déplacer au Danemark ou en Allemagne pour voir les frères Binzer and co. Donc, ce n'est pas sans émotion que j'aborde cette chronique. Un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas D-A-D, c'est un groupe danois qui œuvre pour nos oreilles depuis le milieu des années 80 en nous délivrant un hard rock aux multiples facettes, à leurs débuts on disait qu'ils avaient inventé le punk cow-boy. De vraies stars dans leur pays, ils n'ont jamais cessé de faire évoluer leur style imprégné d'un son qui leur est propre et d'un sens de l'humour non dissimulé, le tout mené par la sublime voix rocailleuse du chanteur Jesper binzer. En mai 2005, le groupe sort son 9 ème album studio qui vient seulement d'apparaître chez nos meilleurs disquaires, et oui le groupe n'est plus distribué en France depuis 1995. En rentrant dans le Trabendo, je suis surpris par le peu de monde présent, j'espérais que le groupe arriverait à remplir une salle capable de n'accueillir que 300 personnes. Ca n'est pas le cas, mais tout de suite je me rends compte du caractère privilégié de la situation.

Le groupe est supporté par les parisiens de Snake eyes qui proposent un heavy rock dans la pure tradition des eighties, le guitariste est impressionnant par sa technique, il aurait pu faire partie de la reformation de White Lion pour remplacer Vitto Bratta tant par son jeu que par son attitude scénique.

21h00, D-A-D entre en scène sur la note d'intro de Lawrence of Suburbia, titre qui ouvre leur dernier album, et l'on s'aperçoit que les personnes présentes ne sont que des fans, tant ils manifestent leur joie de voir les Danois. Jesper s'excuse pour le temps trop long qui s'est écoulé depuis leur dernière venue et nous fait comprendre qu'ils vont profiter de cette soirée, qui est aussi la dernière date de leur tournée, pour ressortir les anciens titres de leur placard et ils enchaînent avec Girl nation, et c'est parti pour deux heures de concert. Mise à part Simpatico, tous les albums passent en revue, ils sont contents d'être à Paris et nous le font savoir par les mots, l'énergie et les sourires sur leurs visages. Ils se font et nous font plaisir. Le show est donc excellent, Jacob (le guitariste) vient se mêler au public lors d'un solo, Stig (le bassiste) a ressorti ses basses fusées et feux stop, Jesper ne s'économise pas à la voix et ils sont tous les trois fiers de nous présenter Laust (batteur du groupe depuis 1999) qui joue pour la première fois avec eux à Paris, ce dernier nous offre un solo de batterie sur Over much. Le public devient cinglé sur le tube qui a franchi les frontières danoises, sleeping my day away et chante le premier couplet à l'unisson à la place de Jesper. Au bout d'une heure et quart le groupe quitte la scène mais bien sur c'est une blague, s'en suivront quatre rappels ce qui est assez rare pour être souligné. Cela ne semble pas prémédité, le groupe est surpris par l'accueil chaleureux d'un public qui n'est pourtant pas nombreux et il nous remercie en rallongeant son set.

Disneyland after dark nous a fait passer une très belle soirée, les fans sortent ravis. Donc, un grand merci à Base productions pour nous avoir permis de vivre un grand concert emprunt de générosité et d'humanité. Ce qui est assez rare pour être également souligné. Il ne reste plus qu'à espérer qu'il ne nous faudra pas attendre onze années pour les revoir sur des planches françaises.

Set list : Lawrence of Surburbia - Girl nation - Road below me - Scare yourself - Rindin' with sue - Reconstrucdead - Soft dogs - Evil twin - Little addict - Everything glows - Sleeping my day away - Bad craziness - Over much - Camping in Scandinavia - Laugh and a half - It's after dark - Won't cut my hair -

Le site : http://www.d-a-d.dk/

Vic de sable

www.ultrarock.net

 





























www.ultrarock.net