Home  - Live reports

EVERGREY - AVATAR La Laiterie, Strasbourg le 2 novembre 2006  

C'est dans une configuration club que se produit Evergrey à la laiterie de Strasbourg en cette froide soirée de novembre. Quelques 200 fans du groupe se sont réunis et il est assez déconcertant de constater que les suédois attirent si peu de monde dans le Grand Est.

AVATAR arrive sur scène à 20h30 pour nous distiller son death metal à la In Flames insipide au possible… La faute certainement au son très brouillon qui rend impossible le discernement des guitares avant le sixième morceau (autant dire la fin du set des suédois) et au chanteur s'abreuvant de nombreuses fois à l'aide d'un jerricane d'essence détourné en gourde géante, passablement éméché. La crédibilité du groupe avoisine le zéro absolu : torse nu imberbe, moyenne d'âge 12 ans et demi, poses dignes des meilleurs Poison et une voix oscillant entre le cochon qu'on égorge et le cri du yack qui agonise. On ne sait vraiment pas sur quel pied danser : ni vraiment black, ni vraiment death, tout juste insupportable. Pas vraiment du meilleur effet et ô combien décalé du heavy gothique classieux du gang de Tom S. Englund.

Un changement de plateau d'une vingtaine de minutes nous permet de nous relever de ce coup qui aurait pu être fatal : certains me disant que si ils avaient su qu'Avatar ouvrait pour Evergrey, ils n'auraient pas fait le déplacement.

L'intro résonne et c'est sous les cris hystériques du public qu'EVERGREY entre en scène sur un « Blinded » qui remet de suite les pendules à l'heure. Le contraste entre le son clair et fin d'Evergrey et le marasme sonore infâme d'Avatar est saisissant. Tom Englund est en grande forme vocale, toujours aussi habité par son chant. Le géant suédois (dont la guitare paraît minuscule entre ses doigts) épaulé par un Henrik Danhage en très grande forme (autant en solo qu'en rythmique) et une session rythmique en béton armé, envoi la sauce comme dans un stade de 10000 personnes. Malgré l'impression de « jouer dans son salon devant 200 amis français » (dixit Tom) le groupe enchaîne avec brio et passion sur« End Of Your Days ». Cependant, j'ai un instant peur qu'Evergrey nous livre la même setlist que sur A Night To Remember. Il n'en est rien heureusement car vient ensuite « The Rulers Of Mind » de l'exceptionnel In Search Of Truth qui ne laisse maintenant aucun doute sur la qualité de groupe en live. Englund profite de l'intro improvisée de « As I Lie Here Bleeding » pour s'octroyer une pause cigarette sur le côté de la scène (notons d'ailleurs l'effort des organisateurs de séparer la salle en 2 zones fumeur/non fumeur). Evergrey dévoile enfin et à la suite 4 titres de son dernier opus Monday Morning Apocalypse qui ont quand même du mal à passer l'épreuve de la scène. On sent le groupe un peu moins à l'aise et le chant de Englund bien en-dessous de ses capacités… seul petit nuage flottant du concert.

La deuxième partie du show enchaîne les tueries (« Solitude Within », « Mark Of The Triangle », « More Than Ever », « I'm Sorry », « Recreation Day », « A Touch Of Blessing ») avant de terminer sur « The Masterplan » aux allures de communion.

Le groupe à la réputation parfois imbibée et antipathique fait mentir ses détracteurs, Tom Englund ayant été proche du public durant tout le concert, visiblement ravi d'être à Strasbourg, affichant une jovialité qui ferait pâlir Jens Johansson et allant même jusqu'à improviser une séance de dédicaces au stand merchandising… une belle leçon de musique et d'humanité ; chapeau bas.

Malmir

www.ultrarock.net

 





























www.ultrarock.net