Live reports

Accueil



























Design : essgraphics

IRON MAIDEN, le 02/07/08 à Bercy, Paris

 

Enième tournée pour un Maiden qui passe presque une fois par an par Paris. Qui s'en plaindrait lorsqu'on voit que nombre de groupes ne daignent pas venir visiter la ville lumière pour l'abreuver de leur son. Pire, pour Maiden, il s'agit de la seconde soirée à Bercy et comme la veille le POPB est plein à craquer ! Et quelle ambiance mes aïeux !! La vierge de fer a vraiment de la chance d'avoir un public aussi fidèle et soudé autour du groupe, surtout lorsqu'on entend la recette s'essouffler sur album depuis quelques années maintenant.

Deux premières parties pour ce concert, LAUREN HARRIS, (la fille de…) qui jouira d'un , son parfait pour une première partie (c'est la fille du boss en même temps). Dommage que la musique sans intérêt de la jeune fille ne soit pas à la hauteur des musiciens qui l'accompagnaient ce soir-là…

Que Dire d'AVENGED SEVENFOLD si ce n'est qu'ils n'ont pas eu le même traitement que la fille à papa au niveau du son et des lights. Je m'attendais à une musique plus moderne, finalement ça reste assez classique comme metal. Il faut accrocher avec la voix du chanteur, à revoir dans de meilleurs conditions (Bercy étant ce qu'il est) pour se refaire une vraie idée.

IRON MAIDEN débarque enfin, le groupe prend place dans un décor très réussi avec pour thème l'Egypte de Powerslave. Bruce Dickinson est en forme, comme d'habitude, il court partout, saute, grimpe, fait le show. Si Harris reste fidèle à lui-même, je trouve les guitaristes très en retrait. Même Gers, qui d'habitude nous fait la danseuse durant tout le show, sera un peu plus calme et curieusement, à part sur la scène. Smith et Murray semblent avoir retrouvé leur connivence d'entant. D'un côté, on est content pour eux, mais d'un autre, on regrette le Murray énergique entrainé par Gers dans ses cabrioles. C'est bien la peine d'avoir trois gratteux sur scène si c'est pour qu'ils soient des plus mous.

La set list est donc accès sur la période Dickinson, aucun titre de la période Blaze et un seul petit de la période Dianno. Chaque morceau fait mouche, le public en redemande. Bruce s'adresse à eux en français la plupart du temps, un effort très louable que peu de frontman font. Le son reste inégal, mais supportable selon l'endroit où l'on se trouve dans le POPB.

Dans l'ensemble nous aurons passé un bon moment de metal, même si on a déjà vu le film, on aime en répéter les dialogues en même temps que les acteurs. Seul vrai hic, on a la désagréable impression que le groupe fait son taff mais que le cœur n'y est plus vraiment. Ça sent quand même la machine bien huilée où chacun a sa place, sans surprise, sans improvisation. Je vais sans doute paraître exigeant pour les « trues » fans ou ceux pour qui c'est la première fois qu'ils assistent à un show des anglais. Mais quand ça fait presque 7 fois qu'on les croise, on en veut encore plus…

Intro - Churchills Speech
01. Aces High
02. 2 Minutes To Midnight
03. Revelations
04. The Trooper
05. Wasted Years
06. The Number Of The Beast
07. Can I Play With Madness?
08. Rime Of The Ancient Mariner
09. Powerslave
10. Heaven Can Wait
11. Run To The Hills
12. Fear Of The Dark
13. Iron Maiden
14. Moonchild
15. The Clairvoyant
16. Hallowed Be Thy Name

V.