Home  - Live reports

MARILYN MANSON, le 05/06/2007, POPB, Paris

C'est dans un Bercy loin d'être complet que ce tenait le concert de MARYLIN MANSON. Nouveau line up, exit John 5, sur scène nous avons donc un guitariste, un bassiste, un batteur et un percussionniste/machiniste (Sample et Claviers).

Après une première partie dispensable (un groupe suisse se nommant P.E.T) qui aura du mal à tenir le public en haleine plus loin que les deux premiers rangs qui de toutes façons bougeraient sur n'importe quoi ou presque, le reverend lance sont show derrière un énorme rideau qui finira par tomber nous révélant le décors. Beaucoup de lumière et de fumée sur scène pour ce concert, des candélabres lumineux jouxtent le groupe, un énorme écran surplombe le tout sur lequel seront diffusé divers films décoratif en fonction des titres.  
Le groupe nous jouera quelques titres du nouvel album sortie la veille permettant à beaucoup d'entre nous de le découvrir. Le public semblera accueillir ses titres avec attention, mais réservera des ovations chaleureuses aux anciens titres issus des albums Antéchrist Superstar, Hollywood et consort. On notera un très bon passage sur la reprise de Eurythmics Sweet Dream, ainsi qu'un Tourniquet repris en choeur par toute la salle. MM de son côté aura été assez sage. Tout de cuir vêtu, il n'aura montré son cul qu'une seule fois (enfin une fois de chaque côté de la scène). En revanche aucune défaillance vocale à noter, le son du show aura été parfait toute la soirée.  
Au registre des regrets il aurait d'après nous été plus judicieux d'avoir un second guitariste pour appuyer les rythmiques, surtout lorsque le guitariste se lançait dans des solos, la basse avait du mal à combler le trou qu'il laissait dans le spectre. Un écran n'aurait pas été un luxe pour les spectateurs du fond qui, sans jumelles, ne devait pas voir grand chose. Et enfin, il faudrait dire au révérend que trop d'introduction tue l'introduction. Entre chaque titre, aucun blabla, souvent un blanc pour caler l'intro suivante, ce manque de communication fait un peu partie de l'univers MANSON, mais imposer des ambiances, qui plus est assez similaires les unes par rapport aux autres, entre chaque titre, ça devenait lourd à la longue.

Au final, MM aura joué 1h30 (ce qui pour lui n'est pas si mal) avec deux rappels. Il nous aura offert un show à la hauteur de sa réputation sans tomber dans le grotesque avec un son agréable et des lights classieux. Alors Marilyn ? L'heure de la maturité aurait-elle fini par sonner ?

V.

www.ultrarock.net