Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



Voici une petite tranche d'ambiance de ce Motocultor édition 2015, une fois de plus à Saint Nolff, dans notre verdoyante Bretagne. Après un périple sans encombre en provenance de la région Parisienne avec deux amis, nous arrivons au camping le jeudi soir, où nous retrouvons d'autres amis, sous le traditionnel crachin Breton. Nous plantons nos quechuas vertes au milieu d'un océan de quechuas vertes, avant de trinquer à ce festival en racontant nos espoirs en termes de concerts à la Pelforth Brune. Parmi les groupes les plus attendus : Opeth, Aborted, Carcass, et My Sleeping Karma.

Jenseits.



VENDREDI 14 AOUT


Le lendemain matin, Vendredi 14, c'est déjà le chaos sur le camping, comme d'habitude. Je croise le chanteur de PAUPIETTES, groupe de Grindcore Nantais, aux toilettes, et qui partait se coucher. Au cours de la matinée, la pluie a commencé à tomber : nous sommes restés comater dans la tente alors que des flots de festivaliers arrivaient encore, et qu'une file incroyablement longue se formait à l'entrée du festival.

En effet, un seul point d'accès au festival avait été formé avec 2-3 couloirs… Un screening de type aéroport nous attendait tous : un par un nous devions retirer le bouchon des bouteilles et s'assurer qu'aucun objet dangereux n'était en notre possession. A noter que mes nombreuses capsules de bouteilles de bière ont fait l'objet d'un méticuleux ratissage parmi le chaos de mon sac, j'aurais sans doute pu tuer 12 personnes sans cette précaution.

Le premier concert devait commencer à 12h45 avec PSYKUP, groupe toulousain d'Autruche Core. Finalement, c'est BELENOS que j'ai vu en premier, abusant de mon droit de passage « presse » tandis que la queue à l'entrée du festival ne décroissait pas…


B E L E N O S


BELENOS a donc ouvert le festival sur la Massey Ferguscène (sic), sous la pluie, vers 13h15. C'est un groupe de Black que je ne connaissais pas, mais qui aurait mérité plus de public devant la scène, et moins dans la queue… Fondé en 1995 par Loic Cellier, c'est un groupe breton qui a déjà sorti pas mal d'albums. Le dernier en date, Spicilège, est un remaster de l'album de 2002 ; BELENOS en a joué au moins un titre, l'Antre Noir, mais je n'ai pas su noter toute la setlist. Toujours dans une mentalité underground, les albums sont limités en nombres de copies vendues. D'après leur site, un nouvel album serait en préparation pour 2016. J'attends ça avec impatience, et j'ai beaucoup apprécié la découverte.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/belenos.bzh + Site officiel : http://www.belenos.biz/


P S Y K U P


Le prochain concert que j'ai pu écouter était donc PSYKUP. Ce groupe (auto-proclamé Autruche-core, rappelons-le ici) a déchaîné le public, les traditionnels ballons micromania étaient même de sortie dans la fosse. Il faut dire que les toulousains complètement barrés savent monter le public depuis la grande scène, la Dave Mustage, où ils occupaient le créneau de GUTALAX. Entre les riffs déjantés incisifs et la rythmique changeante, rapide et syncopée, ils ont pu lancer un circle pit et un wall of death, après avoir eu une apparition, je cite, de « Max Cavalera dans la lumière ». J'ai pu noter quelques titres : Teacher, il m'a semblé entendre Rock'n'Roll Assistance et Love is Dead, ainsi qu'un massacre jouissif de For Whom the Bell Tolls (je m'excuse auprès des Metallicistes, mais j'ai bien ri.). Une grosse barre énergétique pour bien entamer le fest, excellent concert.

Facebook de PSYKUP : https://www.facebook.com/pages/Psykup


B I R D S  I N  R O W


S'ensuivit, sur la Suppositor Stage voisine de la Dave Mustage, le concert de BIRDS IN ROW. Là encore j'ai découvert un trio français très énergique, qui a tout donné sur scène. Beaucoup de charisme. Je ne pensais pas autant apprécier un groupe de Hardcore/Blues, mais l'énergie du groupe a été plutôt agréablement reçue.

Facebook : https://www.facebook.com/birdsinrow


A N C I E N T  R I T E S


ANCIENT RITES a ensuite occupé la grande scène. Après une entrée en matière un peu kitsch, je n'ai pas réussi à accrocher. Les belges ont pourtant rassemblé une jolie foule. C'est un groupe de Black/Folk Metal, mais les sons de clavier exotiques m'ont éloigné de la scène assez rapidement… Toutefois, beaucoup ont apprécié, ma vision reste avant tout subjective.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/ancientrites


M A R S  R E D  S K Y

J'ai à moitié raté le concert de MARS RED SKY sur la Massey Ferguscène, qui a pourtant été l'occasion pour le soleil de sortir à nouveau. C'est un groupe de Stoner français, démarqué par la voix particulière du chanteur, assez aigue pour le genre. Mais en milieu de journée, les gens préféraient aller se reposer pour la suite des hostilités, ce qui est sans doute dommage.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/marsredskyband/


H E A R T  A T T A C K


HEART ATTACK a ensuite joué sur la Dave Mustage. Un bon groupe de Thrash français, que je ne connaissais pas, mais fort sympathique à écouter. Des très bonnes rythmiques, parfois un peu de growl, j'ai apprécié la précision du jeu. L'ambiance était au rendez vous avec deux circle pits et des Wall of Death.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/heartattackmetal





R I S E  O F  T H E  N O R T H


J'ai ensuite assisté au concert de RISE OF THE NORTH STAR. Ce groupe de Hardcore/Thrash français a envoyé du gros son, encore une découverte pour moi, et je n'ai pas été déçue. Je tiens à noter également que ce groupe a le record de coups d'infrabasses bien senties et envoyées dans les subs du festival, peut être un peu trop d'ailleurs. Mais leur set était efficace, très cohérent, et agréablement violent. On peut noter un Wall of Death convaincu.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/rotnsofficial/ + Site : http://www.riseofthenorthstar.com/


S O L S T A F I R


SOLSTAFIR est un groupe de « Rock'n Roll Atmosphérique » islandais. Pour moi, un de meilleurs concerts de la soirée également. Un son de guitare magique, une basse au son profond, des riffs hypnotiques sur un rythme lent et une voix très réverbérée nous ont emmené très loin pendant ce concert. De très beaux samples acoustiques, de violon par exemple, ont étendu cet univers semi-onirique et très mélancolique, et un solo de banjo a également enrichi les sonorités de ce set. Un hâvre bienvenu après RISE OF THE NORTHSTAR, et avant ABORTED…

Site internet : http://www.solstafir.net/ + Facebook : https://www.facebook.com/solstafirice




A B O R T E D


ABORTED était un des groupes les plus attendus des festivaliers à qui j'ai posé la question. Et pour cause, les belges sont connus pour leur violence musicale non-dénuée d'humour résolument gore. J'ai noté « liquid radioactive slime from hell » dans mon carnet de notes par rapport à ce qui nous arrivait dessus depuis la scène. Je ne les avais jamais encore vus en live, mais Necrotic Manifesto ou Coffin upon Coffin font toujours leur effet. ABORTED a aussi eu le prix spécial « gros circle pit », (décerné l'an dernier à DAGOBA) pour la création d'un vortex monstrueux autour de la console de façade. Ils ont aussi demandé un Wall of Death conséquent. Bref, pas de déception, un gros show bien énergique.

Facebook : https://www.facebook.com/Abortedofficial


F I N N T R O L L


Dois-je présenter les finlandais de FINNTROLL, ce groupe de Black/Folk Metal tout droit sorti de parmi des créatures nordiques plus ou moins bienveillantes ? Après une ouverture sur des grenouilles et des guimbardes, une violence festive a parcouru la fosse. Un concert très fédérateur, très amusant, et une quasi trance collective sur le légendaire Trollhammaren.

Facebook : https://www.facebook.com/officialfinntroll + Site du groupe : http://www.finntroll-music.com/


P E N T A G R A M


Les Américains de PENTAGRAM, groupe de Doom, c'est avant tout du charisme, du riff épais, et du groove. Une sorte de vague qui vous emporte. Ce groupe, un vieux de la vieille, existe depuis 1971, ou Bobby Liebling l'a fondé… C'est donc un petit voyage aux origines que nous avons pu vivre à leur concert, une légende fondatrice.

Facebook : https://www.facebook.com/pentagramusa/


E L U V E I T I E


Les suisses d'ELUVEITIE ont ensuite occupé la grande scène pour offrir un spectacle de folk qui a rassemblé de nombreux spectateurs. Après une introduction sur King, ELUVEITIE nous a proposé un set assez festif, avec moults instruments acoustiques comme le violon (la violoniste va d'ailleurs bientôt quitter le groupe, c'est un de ses derniers concerts) ou les flutes. Un concert rondement mené qui fera beaucoup danser mais un peu moins parler le public plus tard au camping, mais qui fut néanmoins plutôt apprécié.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/eluveitie/






T R I P T Y K O N


On peut dire de TRIPTYKON qu'ils ont sans doute réussi à faire le concert le plus malsain du festival, en tout cas de cette première journée. Ce groupe de Doom suisse a installé rapidement, à coup de larsens, une ambiance à la fois prenante et complètement glauque, très Black Metal. Il est difficile de décrire leur musique planante et leur show suintant de misanthropie. Une des meilleurs expériences du festival.

Facebook : https://www.facebook.com/triptykonofficial


L I T T L E  B I G


On peut définir LITTLE BIG comme « les OVNI du Fest ». En effet, un groupe qui envoie de la grosse Electro qui tâche en festival de Metal, ça en déroute plus d'un (d'ailleurs, certains, restés par curiosités, sont partis se coucher assez rapidement devant autant de WTF). Les Russes iconoclastes, de « Mother Russia » selon leurs propres termes, ont livré un show cathartico-exotique décadent, tant sur scène que dans les oreilles. Pour ma part j'ai dansé n'importe comment, et mes cervicales ont enfin pu se reposer un peu. Une expérience pleine d'humour bien lourd, pour clôturer cette première journée.

Facebook : https://www.facebook.com/littlebigbandofficial



SAMEDI 15 AOUT



Le soleil luit fort et chaud, en ce samedi 15 aout, sur les Terres Motocultiennes. La nuit a été agitée sur le camping (comme d'habitude) et la queue des toilettes fait encore 45 minutes de long. Pour les lève-tard, c'est une aubaine, les toilettes du festival étant moins prises d'assaut que celles du camping au petit matin.



A R C A N I A


C'est donc ARCANIA qui ouvre cette radieuse matinée, devant un public peu nombreux mais intéressé par ce groupe de Thrash, venu tout droit des pays de Loire. Un set épique, plein d'énergie, campant l'ambiance résolument Thrash ensoleillé de cette journée.

Facebook du groupe : https://www.facebook.com/arcaniametal/


A B Y S S E


C'est ensuite au tour d'ABYSSE de passer sur scène. Ce groupe de Cholet, se réclamant du Post Metal, a surpris plus d'un quidam par ses ambiances tantôt hypnotiques et planantes, tantôt plus lourdes, avec un batteur qui sait très bien groover. Le set s'est ouvert sur la 1 ère chanson d'I am the Wolf (leur album en préparation), Persuasion, la seule fois ou l'on entendra une voix humaine. Mais cela ne manque absolument pas à leur musique, qui parle directement un langage envoûtant. Le son est très bon, que ce soit le timbre recherché des instruments ou la balance globale pour laquelle on peut féliciter l'ingé son. Une des meilleures découvertes du festival pour ma part.

Site du groupe : https://abysse.bandcamp.com/ + Facebook : https://www.facebook.com/abyssegroupe


B L I S S  O F  F L E S H


Le public se réveille enfin lorsqu'arrive BLISS OF FLESH. Ce groupe du Nord de la France a envoyé un son lourd et malsain à souhait, avec un batteur une fois de plus très efficace tantôt dans le blast, tantôt dans les rythmiques asymétriques plus acrobatiques. Une efficacité redoutable, des solos ravageurs, un chant varié entre le Death, le Black, le cri, la recette d'un concert très appréciable.

Facebook : https://www.facebook.com/BLISSOFFLESH/







D R A K W A L D


DRAKWALD est un groupe de Death Folk venu de Tours. D'entrée de jeu, une cornemuse ornée d'un drapeau breton campe la tonalité traditionnelle de leur concert. Un mélange très sympathique qui met de bonne humeur, le public commence à s'échauffer pour la suite de la journée par quelques slams et un wall of death. On se sent gaulois avec cette potion magique musicale qui nous donne la bougeotte.

Facebook : https://www.facebook.com/Drakwald/




K R O N O S


Le concert suivant auquel j'ai pu assister était celui de KRONOS. Un déluge de Metal a déferlé sur le public, le possédant corps et âme par sa rythmique incisive et ses riffs courts et précis. En effet, la brutalité musicale a déchaîné la fosse, qui est partie en wall of death et en circle pit de manière logique et naturelle. Les Français ont également présenté leur nouvel album, Arisen New Era. KRONOS nous a offert un set incroyable de Brutal Death solide.

Facebook : https://www.facebook.com/KRONOS + Site du groupe : http://kronosofficial.com/


A N G E L U S  A P A T R I D A


Ce samedi n'aurait sans doute pas été une authentique journée colorée Thrash, si le prochain concert d'ANGELUS APATRIDA n'avait pas eu lieu. Après un début de set envoyé par la musique de Retour vers le Futur, une grosse ambiance s'est installée sur le Thrash rapide des espagnols. On peut noter une jouissive reprise de Domination de PANTERA à la fin du set, en guise d'au revoir marquant.

Facebook : https://www.facebook.com/angelusapatrida/


O N E  L A S T  S H O T


Encore un groupe de Thrash : ONE LAST SHOT. Ce groupe français se qualifie de Dust Metal, je pense que d'après leur set on peut penser que c'est une branche de Thrash qui a rencontré le Doom : un peu plus lent, un peu plus lourd. Des passages fréquents d'un Thrash plus traditionnel à des passages plus calmes rendent ce groupe plutôt sympathique à écouter.

Je ne connaissais pas du tout, mais fut un set assez agréable.

Facebook : https://www.facebook.com/onelastshotofficial/ + Site internet : http://www.olsband.com/


S O D O M

Ça y est, les « gros » de l'affiche commencent avec SODOM. Furieux, exacts, les allemands font tomber de la pluie de feu sur St Nolff, malgré le soleil qui tape encore assez fort. D'ailleurs, la moitié du public est décédée dans la pelouse bretonne. Ce groupe de Thrash extrême, qui a posé les bases pour pas mal de genres par le passé, a joué un set légendaire, et a bénéficié d'un son plutôt bon qui les a mis en valeur.

Site : http://www.sodomized.info/


D E R  W E G  E I N E R  F R E I H E I T


Ah, enfin un peu de Black avec DER WEG EINER FREIHEIT. Les allemands aiment à la fois le gros son bien cathartique et torturé du Black, et les passages d'une beauté à couper le souffle. Ce set, mélangeant des titres de leur nouvel album, Stellar, et ceux de leurs autres albums, nous a tous fait voyager dans un univers à la fois tragique et splendide. Des harmonies d'une mélancolie absolue mélangées à un blast furieux ont achevé (du moins le pensai-je) mes cervicales.

Facebook : https://www.facebook.com/derwegeinerfreiheit/


U L T R A  V O M I T


Et là… j'ai raté CARCASS pour une interview de MY SLEEPING KARMA, de loin ça avait l'air assez dommage, mais ce sont les risques du journalisme de terrain.

En sortant de cette fameuse interview, j'ai atterri dans le public d'ULTRA VOMIT. J'hésitais beaucoup entre le concert de THE OCEAN et ce groupe qui me rappelle mon adolescence et les reprises de mon groupe de lycée. Finalement, la compacité de la foule a eu raison de ma volonté, et je suis restée devant à headbanger et chanter en chœur comme tout le monde les tubes du genre Boulangerie Patisserie, Mountains of Maths ou Je Collectionne des Canards. Un moment régressif comme il en faut parfois dans la vie.

Facebook : https://www.facebook.com/ultravomitofficiel/   + Site internet : http://www.ultra-vomit.com/


D E A T H  D T A


Le concert suivant : DEATH DTA. Chuck Schuldiner reborn, d'après ce que m'a dit un ami très grand fan de DEATH. Une setlist solide, du bon vieux DEATH ressuscité comme on l'aimait, avec ses patterns rythmiques changeant régulièrement et ses riffs intègres. Que des titres comme Leprosy/Left to Die, Suicide Machine, Symbolic, ou Pull The Plug, que du headbang. Les musiciens étaient absolument implacables, Max Phelps (qui chante aussi dans CYNIC) nous a tous bluffés, Gene Hoglan a sans doute failli mettre le feu aux fûts, bref ce fut un concert d'une très grande qualité.

Facebook : https://www.facebook.com/DeathDTATours/   + Site internet : http://metalcrusade.org/


M Y  S L E E P I N G  K A R M A


La dose de psyché du jour arrivait ensuite avec MY SLEEPING KARMA et leur stoner très particulier. Les allemands ont posé une ambiance à la fois statique et mouvante, totalement hypnotique, avec des timbres très recherchés pour les guitares, malgré des soucis d'arrivée de matériel au fest. Un concert comme les vagues de l'océan, puissant, qui vous embarque et vous fait voguer à son gré. L'absence de chant n'est, une fois de plus, absolument pas gênante, même si, de prime abord, elle peut dérouter plus d'un curieux. Un excellent moment de cette édition du Motocultor.

Facebook : https://www.facebook.com/MySleepingKarma/


G O D S E E D


Au loin, je jetais néanmoins une oreille intéressée sur BRUJERIA, un groupe de mexicains. D'ailleurs, en fin de set, ils ont lancé une parodie de la macarena, qui s'appelle la Marijuana. Tout ce que je peux dire de plus à propos de ce concert, c'est ma déception de devoir choisir entre deux scènes pour la première fois au Motocultor.

Ce 2 ème jour de festivités s'est clôturé avec GOD SEED : grandiose, très gros set, une fois de plus. Ce groupe de Black Metal norvégien, comptant deux anciens membres de GORGOROTH, a toutefois fait annoncer que ce live serait un des derniers du groupe… Par rapport à la setlist, on peut trouver des titres tant de GOD SEED que de GORGOROTH (principalement ceux de leur album de 2006, Ad Majorem Sathanas Gloriam, album qui, d'ailleurs, comporte un titre nommé God Seed), un cocktail assez goûtu et majestueux. Une bonne clôture de seconde journée.

Facebook : https://www.facebook.com/GodSeedOfficial   +  Site internet : http://www.godseedband.com/



DIMANCHE 16 AOUT



Le running order a été à nouveau chamboulé en ce 16 août, mais ce n'est pas très grave, les informations sont disponibles au stand. Ce dimanche est placé sous le signe du Grind, de nombreux groupes hissant fièrement la bannière de ce style à la fois kitsch et de mauvais goût, et qu'on apprécie pour ça.



C L I T E A T E R


Le premier groupe, CLITEATER, est d'ailleurs un groupe de Grindcore néerlandais. Ils ont envoyé de quoi réveiller très correctement les festivaliers fatigués par deux jours d'orgies musicales, alcooliques et plus si affinité. Un show très cool, un public nombreux et une bonne ambiance, une joyeuse tranche de festivités un peu folles.

Site du groupe : http://www.cliteater.net/   +  Facebook : https://www.facebook.com/CLITEATER-Official-127174540643666/


G U T A L A X


Après ce premier succès, ce fut le show de GUTALAX : du grand n'importe quoi ! En même temps, « n'importe quoi » étant un des principes fondateurs du Grindcore, on peut parler d'un concert réussi. Le public a été plutôt inventif en ce qui concerne l'ambiance. Avec la miraculeuse « multiplication des ballons Micromania », dont le nombre s'est subitement porté à 6, l'apparition d'une bouteille Heineken gonflable géante et les merveilleux rouleaux de papier toilette volants, le spectacle était tout aussi décadent dans la fosse que sur la scène, d'où s'échappaient d'énergétiques et profonds gruiks chers au genre. L'école de « pur Rock'n Roll » a fait se lever de nombreux festivaliers. Mon titre préféré : la reprise de « Old McDonald Had A Farm » vers la fin du set. Un très gros moment déconne pour bien entamer la journée.

Site du groupe : http://www.bandzone.cz/gutalax   +  Facebook du groupe : https://www.facebook.com/GUTALAX-cz-gore-grind--116773548349011/


A L C E S T


ALCEST après GUTALAX, c'est comme manger un carré de chocolat après un gros camembert fondu : on en profite beaucoup moins et c'est un peu bizarre. ALCEST en live, avec des premières parties dans le ton, est habituellement un moment de recueillement mystique plutôt intense. Le set au Motocultor était certes de qualité, mais une programmation moins violemment agencée aurait été bienvenue. Les français avaient préparé une belle setlist planante, avec notamment Autre Temps, Percée de Lumière, Souvenirs d'un Autre Monde, et Délivrance sur leur plus récent album Shelter. Le concert qu'il fallait pour redescendre de GUTALAX et repasser sur un registre plus intérieur et recueilli, malgré la regrettée absence de transition entre ces deux groupes.

Site d'ALCEST : http://www.alcest-music.com/   +  Facebook : https://www.facebook.com/alcest.official?fref=ts


D O P E T H R O N E


Les canadiens de DOPETHRONE ont ensuite tenté de raplatir le Motocultor à grands coups de gros son, par ailleurs de très grande qualité. Ce fut un succès total, la transe éthylique et les basses enveloppantes ont créé une ambiance bien trippante pour ce concert. DOPETHRONE a joué notamment un cover de Ain't No Sunshine de Bill Withers, et le gros Scum Fuck Blues, qui explicite bien la philosophie de groupe : « smoke, drink, die » sur des fonds de lourdeur sonique. Le pétard auditif de la journée.

Facebook : https://www.facebook.com/dopethrone.mthell   +  Site internet : https://dopethrone.bandcamp.com/


N E  O B L I V I S C A R I S


Le prochain concert, celui de NE OBLIVISCARIS, a été une des meilleures découvertes du festival. Je ne connaissais pas du tout ce groupe australien. D'un style assez varié difficile à catégoriser, NE OBLIVISCARIS a emmené le public dans des titres très longs, très inhabituels et changeants. Perdus mais subjugués par cette musique à géométrie variable, très agréable, les festivaliers furent pour beaucoup happés dans une longue fascination.

Facebook : https://www.facebook.com/NeObliviscarisBand


K A T A K L Y S M


Autre groupe de canadiens : KATAKLYSM. Fondé en 1991, ce groupe a déjà de la bouteille. KATAKLYSM nous a joué un concert digne de leur nom, et l'on peut spécialement saluer le talent du batteur, Oli Beaudoin, digne successeur de Max Duhamel. Côté style, « Death Grind Melodique Hyperblast » pourrait convenir pour décrire le genre de claque que l'on prend. Un très bon concert.

Le groupe a également annoncé un concert en janvier ou février avec Septicflesh et Aborted.

Site du groupe : http://www.kataklysm.ca/    +  Facebook : https://www.facebook.com/kataklysm


C R O W N


Le surprenant trio de CROWN envoie un tsunami de son. Ce groupe d'« industrial sludge doom drone electro psyche progressive music » (selon leur page Facebook), où tous les membres jouent de la guitare, est accompagné par une batterie virtuelle (« fausse batterie » pour les puristes). Néanmoins, un excellent set, lent, dégoulinant, une nappe de goudron brûlante, qui remplaçait celui de DELAIN dans le running order du jour.

Facebook : https://www.facebook.com/CROWNBAND


K R I S I U N


Encore un trio, cette fois-ci brésilien : KRISIUN. Il paraît qu'en plus ils sont frères, ça m'aurait bien plu de fonder un groupe de brutal Death familial, je pense toutefois que nous n'aurions pas le même charisme sur scène ni le même niveau. En effet, avec de nombreux morceaux tirés de leur album The Great Execution (2011) dans ce set, ils ont mis carte sur table pour démonter nos cervicales : The Will to Potency, Descending Inferno, Blood of Lions. Ils ont également joué Ways of Barbarism et Timeless Starvation de leur tout nouvel album, Forged in Fury. Ce fut un Death Metal très sympathique pour reprendre quelques forces en ce 3 ème jour de festival.

Site du groupe : http://www.krisiun.com.br/


S E P U L T U R A


SEPULTURA passait ensuite sur la Dave Mustage. Venus du Brésil, ces pontes du Thrash ont joué leurs plus gros tubes pour le plus grand plaisir de leurs fans, et pour fêter dignement leurs trente ans. Oui, on a eu droit à Roots, Bloody Roots. Mais aussi Arise. Et Refuse/Resist. Et Kaïros. J'ai beau ne pas être extrêmement fan, ce set était plutôt convaincant, et je me suis retrouvée à faire du headbang et à chanter comme une partie des gens présents. Un bon moment.

Site du groupe : http://sepultura.com.br/   +  Facebook : https://www.facebook.com/sepultura/?fref=ts


A G A L L O C H


Ce groupe est magique. AGALLOCH, venu de l'Oregon, nous a offert des moments sublimes, quelque chose de grandiose, lent, et éminemment Black. Je connaissais déjà, mais ceux qui découvraient ont été surpris d'apprécier ce groupe (je pense à un de mes amis qui a moyennement apprécié ALCEST, entre autres). Une setlist qui a commencé par The Astral Dialogue, et qui nous a emmenés à travers Limbs, Dark Matter Gods, Hallways of Enchanted Ebony, Falling Snow et Plateau of the Ages. Le concert s'est déroulé sur la petite scène la plus proche de l'entrée du festival, la Massey Ferguscene, et le son était plutôt agréablement réglé. Un moment hypnotique.

Site du groupe : http://www.agalloch.org/shop.htm   +  Facebook : https://www.facebook.com/AgallochOfficial/?fref=ts


T R I V I U M


Je ne suis pas de base très fan de TRIVIUM. Par contre, avec de la bière, ça passe tout seul, c'est même une expérience musicale assez amusante. Les américains, spécialistes des riffs un peu kitschs, des triolets, des crânes en plastique fluo avec des yeux clignotants sur scène, peuvent faire l'effet d'un gros sandwich confectionné par le Motocultor, parfois ça reste un peu sur le bide. Toutefois, une partie du public était complètement dans l'ambiance, donc même si ça n'a pas été pour moi le meilleur concert, ça ne devait pas être si mal.

Facebook : https://www.facebook.com/Trivium/


S E P T I C F L E S H


C'est la seconde fois que je voyais SEPTICFLESH, ce groupe Grec qui fait partie de mon panthéon personnel, au Motocultor, la 1 ère fois étant au cours de l'édition 2012. Un concert qui m'avait scotchée, une des baffes de cette édition. Par contre, le set, bien que reprenant leurs grands tubes tels que Vampire From Nazareth, Communion ou Prometheus, n'était pas aussi bien que dans mes souvenirs… était-ce la forte impression de 2012 qui me faisait espérer un set grandiose ? Sans doute. Sans être désagréable, ce concert m'a un peu laissée sur un léger creux teinté de déception, une nostalgie de la découverte.

Site du groupe : http://www.septicflesh.com/ + Facebook : https://www.facebook.com/septicfleshband/



O P E T H


C'est à OPETH qu'est revenu l'honneur de clôturer le festival cette année. Les suédois ont commencé leur set en mode « prog' » pour chasser les amateurs de « bourrin pur », avec la première chanson de Pale Communion, puis Cusp of Eternity. Le groupe s'est ensuite tourné vers les anciens albums, en lançant Drapery Falls. Mon appréciation du show est sans doute biaisée par un amour d'adolescence de ce groupe, mais je l'ai trouvé solide, j'ai apprécié la présence scénique de Michael Akerfeldt (qui aime toujours autant raconter des blagues) et j'ai aboli ce qui me restait de cervicales de ces trois jours de festival.

Site du groupe : http://www.opeth.com/   +  Facebook : https://www.facebook.com/Opeth/?fref=ts





----------

La dernière nuit au camping a été encore plus étrange que d'habitude, avec un clan de chanteurs/cornemuseurs encerclant le camping dans une procession éthylique, en scandant des variations plus ou moins pourvues de sens sur « respectez les gens qui dorment ». Pour ma part je n'avais pas trop besoin de dormir, juste de vider les dernières bières en discutant de ce festival passé avec les potes, tandis que certains galéraient à plier leur quechua verte, de nuit, couverte de gerbe et/ou de détritus ou reliquats non-identifiables collés à leur toile, qui resteront en souvenir plusieurs années durant. Une plutôt bonne édition, malgré l'organisation toujours un peu compliquée et le fait que ce festival commence à devenir un peu gros pour lui-même.

Jenseits.


 

 

essgraphics 2011