Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         

PAPA ROACH + COLDRAIN

  Le Trianon, Paris 07/03/15



Setlist PAPA ROACH :

Face Everything and Rise
Getting Away with Murder
Between Angels and Insects
Where Did the Angels Go?
Harder Than a Coffin Nail
Blood Brothers
Broken as Me
Forever
Tightrope
Kick in the Teeth
Hollywood Whore
Thrown Away
Warriors
Still Swingin'
Lifeline

Rappels :
Last Resort
Scars
...To Be Loved

 



C'est dans un Trianon déjà bien rempli que Coldrain ouvre le bal avec son rock pêchu aux refrains accrocheurs (l'étiquette « metalcore » qui leur est attribuée me semble un peu galvaudée, j'aurais bien dit « rock US » mais ils sont nippons…). On est dans l'ambiance, en une demi-heure, les japonais préparent le terrain pour Papa Roach en chauffant la foule comme il se doit. Le show est rodé, Coldrain semble heureux d'être là et le public, qui connait manifestement une bonne partie du répertoire, chante les refrains et ne s'économise pas pour la suite, et c'est bon signe.

Papa Roach arrive donc après un changement de plateau un peu long (c'est toujours « un peu long » quand on attend son groupe fétiche… !) et la salle est pleine (concert complet depuis des semaines !) et survoltée. Le groupe, qui vient de sortir un nouvel album (F.E.A.R. Retrouvez la chronique dans nos pages) mais a déjà vingt ans de carrière derrière lui, a tout le loisir de piocher dans son répertoire récent comme plus ancien, permettant ainsi de proposer une setlist plus que variée et ravissant l'assemblée à chaque annonce de morceau. Les garçons connaissent leur job et la présence musicale et scénique est assurée, sans faux pas. Ils n'en font pas trop (on apprécie l'absence de poseurs à l'américaine) mais Jacoby n'a plus besoin de prouver qu'il est un sacré frontman. Il endosse ce rôle à merveille, régalant son auditoire dans lequel il n'hésite pas à se jeter (littéralement). Ce mec aime les bains de foule et être au contact avec son public, que ce soit physiquement ou oralement car l'interaction est permanente. Il communique beaucoup, faisant chanter la foule, saluant les gens en haut, les gens en bas, les fiiiiiiilles (« gurlz let me hear you ! »), encourageant circle pits et walls of death, et les émotions véhiculées donnent vraiment un sens à voir le groupe en concert : on ne vient pas seulement écouter du Papa Roach live, on vient vivre un vrai moment de partage et c'est ce que l'on attend d'un concert. « You love that shit uh ?! ». Oh que oui !

Le seul bémol est une durée de set un peu courte mais habituelle en ces lieux parisiens situés au cœur d'habitations (on a pourtant eu droit à un set rallongé de quelques titres par rapport aux autres dates de la tournée…alors ça doit être encore un problème de perception : changement de plateau trop long / set trop court. Normal quand on aime !).
On ne va quand même pas se fâcher avec les voisins !...non…les métalleux sont des gens civilisés ! Et puis…ça donne envie de les revoir vite. D'ailleurs, pour cela, les places pour le concert de l'Olympia, le 16 novembre prochain, sont déjà en vente et, au regard du succès et de l'efficacité du groupe, ne resteront peut-être pas longtemps disponibles !

Lulu


 

 
© essgraphics 2011