CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    
l   i   v   e       r   e   p   o   r   t   s



 
PAT O MAY
22 septembre, Café De La Danse, Paris

Il est précisément 19h quand les portes du Café de la Danse ouvrent pour laisser les spectateurs investir la salle, qui sera, ce soir, en configuration assise.

Après seulement quelques jours de disponibilité, puisqu’il est sorti seulement 5 jours avant ce concert, l’album semble avoir convaincu et la salle est relativement remplie, malgré la limitation de jauge imposée par les circonstances.

Quelques minutes plus tard, c’est Tristan Descamps qui investit la scène en costume blanc avec son seul synthétiseur en guise d’accompagnement et nous délivre un set tout en émotions, avec sa voix surnaturelle et ses ambiances tour à tour denses et aériennes. C’est clairement une prestation unique que je vous invite à expérimenter, si vous en avez l’occasion, car vous ne verrez ça nulle part ailleurs.

Après une pause de quelques minutes, c’est au tour de Pat O’May et de ses acolytes Christophe Babin et John Helfy d’investir la scène. Et, sans surprise puisqu’il l’avait annoncé, le groupe va enchaîner l’album dans son intégralité et dans l’ordre, ce qui paraît cohérent, s’agissant d’un album concept autour de l’évolution d’un personnage.

On peut dire que le défi, compliqué, de transposer l’album à la scène, est totalement relevé. Les titres s’enchaînent de manière fluide et l’album prend même une dimension supplémentaire grâce à l’énergie et la générosité des musiciens qui prennent clairement un grand plaisir à revenir sur scène, après plus d’un an et demi. Car l’intensité est de mise, ce soir. On sent clairement que les musiciens ont 18 mois d’énergie accumulée à lâcher et, dès les premiers moments de “I Shall Never Surrender”, on sait que le show va être intense et immersif.

Après deux morceaux, Pat lance un “On est contents de vous voir”... Le sentiment est réciproque.

Quelques backing tracks et de la vidéo accompagnent les musiciens de façon à nous faire entrer encore plus dans l’expérience et il faut noter le travail des chœurs qui avait déjà été remarquable sur l’album et ne déçoit pas du tout en live, bien au contraire.

Tous les éléments qui font la force de cet album sont encore plus présents et le son, excellent et clair, permet de vivre cette histoire avec toutes les subtilités qui en font la profondeur.

La set list principale arrive à sa conclusion après un peu plus d’une heure de show, avec un “In This Town” qui amène le public à scander le refrain avec le groupe et il est évident que cet album est fait pour la scène. “C’était la première et vous y étiez. Merci !”, lancé par Pat à son public, clôt le set et l’histoire du personnage, narrée sur les douze titres de l’album interprétés avec talent et énergie ce soir.

Après une courte interruption pour faire gagner une guitare Vola, marque sur laquelle jouent Pat et Christophe, remise à l’heureux gagnant par Mr Frederic “Judge Fred” de l’excellent groupe “Cour Supreme” et représentant de Vola pour la France (un joli geste, il faut bien l’admettre), un rappel nous offre un “ Alan The Brave” et l’énorme classique “Whiskey In The Jar” pour refermer un excellent concert, à la hauteur du challenge posé de transposer un album aussi complexe vers le live. Challenge totalement relevé.

Chris

 

lien vers la chronique de l'album :

l   i   v   e       r   e   p   o   r   t   s
 

CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    

© essgraphics 2011