Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !

RAGNARD ROCK FEST

  Simandre Sur Suran (01)  du 21 au 24 septembre 2016



 




Après 5h30 de voyage à travers différents paysages, nous arrivons avec impatience dans le village de Simandre-Sur-Suran, dans l'Ain, pour quatre jours de fête au Ragnard Rock Festival, et cette édition aura été placée sous le signe de la chaleur car c'est sous un soleil de plomb que nous traversons du parking au camping, chargés de tout le barda possible et imaginable pour ce festival !

Accueil au camping par les bénévoles, aux petits oignons, digne d'une arrivée en vacances, petite lecture d'un règlement pour le bien vivre ensemble durant le festival et indication de « où mettre les tentes ? » par une bénévole afin d'optimiser un maximum la place du camping de façon à ne pas se marcher dessus.

Après ces quelques péripéties, nous partons à la conquête du graal… Petite attente pour avoir le bracelet mais qu'est-ce qu'un festival sans un peu d'attente ? Bracelet au poignet, il est temps d'installer le camp et d'attendre le début des festivités.

A 19h nous rentrons sur le festival.

Allez, il est temps de découvrir Obsession, groupe venant de Lons le Saunier, qui propose un petit thrash bien sympathique pour ce début de festival, histoire de se mettre en jambes. Show correct pour ce groupe qui a eu la lourde tâche de débuter le festival. Après 45 minutes de set, Obsession cédera la place à Helroth.

20h, c'est l'heure d'aller voir ce que vaut ce petit groupe venant de Pologne. Helroth rentre plus dans le vif du sujet concernant le festival, proposant un Pagan/Folk metal assez sympatoche pour entrainer le public avec lui et ainsi mettre la joie et la bonne humeur au maximum.

Himinbjorg, groupe alliant Black Metal et viking, originaire de France, proposera ensuite un show virulent, une setlist à mettre tout le monde d'accord avant le grand final de la soirée. Pour le coup, l'enchainement des groupes était plus que correct : un commencement doux pour finir sur l'apocalypse.

23h15 c'est l'heure de Nokturnal Mortum, que je n'aurai pas vu jusqu'à la fin malgré un show d'enfer. Commençant son set par Weltanschauung, Voice of Steel, In the fire of the wooden church, in shackles of Time, alliant puissance et jeu de scène attirant le regard, Nokturnal Mortum aura clôturé cette soirée avec brio.
Fin de ce warm up qui débute ce festival sur les chapeaux de roue.

Premier jour de Bataille:

C'est l'heure de Boisson Divine, groupe français de folk metal assez attrayant. D'ailleurs, le public festoie comme il se doit au cours de ce set qui n'aura pas duré bien longtemps mais aura eu son efficacité.

Malepeste - et non pas mal-peste, comme il y a eu la polémique à ce sujet - se prépare sur scène et met en place les accessoires pour le show. Ce groupe de Black Metal originaire de France débute son show par une mise en scène occulte, avant d'enchainer sur ritual of negation, histoire de mettre tout le monde d'accord et de plonger le public dans les tréfonds sombres et malsain sdu black metal. Après 40 minutes de show, le groupe quittera la scène pour laisser place à Naer Mataron sur la Thor Stage.

Allez, on se chauffe la nuque, là, on rentre dans du très lourd avec l'arrivée sur scène de cette formation grecque de Black Metal, Naer Mataron. Ça rigole pas, ça enchaîne à coup de blast dans la face, finissant le show sur incarcerating gallantery morceau le plus connu de la formation, d'ailleurs, histoire d'achever tout le monde avec environ 4min50 de blast pur.

Retour sur la Odin Stage pour Stille volk, au calme, avec ce groupe faisant dans le medieval/Folk, transition un peu complexe après Naer Mataron mais pas sans plaire. Retour au moyen âge, mais il est quand même temps de se restaurer ! Ça sera donc de loin que nous profiterons de Stille Volk. Le reste de la journée s'annonce virulent avec, par la suite, à 18h, Belenos.

Belenos, est un groupe de Black Metal français au son plus que correct et à la setlist intéressante, ne manquant pas de piquant et surtout ne laissant pas le temps au public de s'ennuyer ni de décrocher du live.

Ils seront suivis de Ereb Altor, nous venant de Suède. Ça restera, avec Naer Mataron et Belenos, le meilleur live de l'après-midi.

19h55 : Skyforger entre sur scène. Setlist du tonnerre, un bon moment avec ce groupe venant de Lettonie qui aura joué quasiment une heure avant de laisser la place à Cruachan.

22h05, le moment est venu de faire place à l'Autriche avec ce bon vieux Belphegor et son black/death metal à décrocher les cervicales d'un invertébré, comme toujours. Nous savons très bien que Helmut ne peut malheureusement plus partir dans les aigus avec sa voix mais nous remarquerons malgré tout l'effort d'avoir essayé au cours du set. Comme toujours, Belphegor a, dans ses rangs, une machine de guerre à la batterie et, comme toujours, un décor de scène macabre, fidèle à lui-même. Les lights ne sont pas évidentes pour les photos mais, bordel, la setlist était tellement énorme !! On aura eu, comme toujours, les morceaux phares du groupe, tel que Lucifer Incestus.

23h20, nous allons finir cette journée sur les voix enchanteresses de Faun, qui aura permis de transporter les esprits dans des contrées verdoyantes.

Bref topo rapide sur ces deux premiers jours au Ragnard Rock festival : malgré quelques attentes pour les sanitaires le matin, l'organisation en elle-même est plus que correct et, pour une seconde édition, le festival montre qu'il a déjà tout d'un grand, tout est carré et mérite déjà, pour ces deux jours, une note assez satisfaisante et a de quoi ravir les passionnés.

Deuxième jour de Bataille :

Commençons gentiment cette journée avec Acus Vacuum, histoire de se réveiller tranquillement. Nous avons aussi fait le tour du village viking et jeté un œil sur l'artisanat proposé pendant le Ragnard Rock.

La journée ne commencera réellement qu'au moment de l'arrivée de Griffon sur scène, à 15h35. Premier festival pour cette formation black metal parisienne et donc première expérience réussie avec, dans l'ordre, Souviens toi, Karbala, Wig ah Wag, la cité est perdue, Har Hakarmel, l'arbre blanc et Tout est accompli. Les membres ne manquent pas de charisme. Pour un premier festival, ce groupe aura placé haut la barre pour le reste de la journée.

Skiltron arriveront sur scène juste après avec leurs chants Heavy metal et leurs sonorités folk donnant bien envie de se retrouver dans une taverne avec un verre d'hydromel. Pas vraiment de mouvement sur scène pour ce groupe, j'aurais imaginé plus de pêche niveau scénique, mais leur musique est entrainante et là ça commence à partir dans les slams avec le panneau made in service de sécurité, Slam conseiller, les festivaliers s'en seront donné à cœur joie, de quoi ravir le groupe.

Nous retrouverons Grai en milieu de set. Ne connaissant que très peu ce groupe, la surprise était présente : chanteuse charismatique, et musiciens vifs, leur show sera passé relativement vite de par leur prestance.

Ils feront place au froid du Québec avec Forteresse, qui nous feront la joie de jouer leurs dernier opus Thème pour la rébellion. Etonnement, on aurait pu penser à un groupe sortant le corpse paint et tout ce qui va avec mais là, surprise, même pas ! Bref, Forteresse aura fait un set magestueux avec cet album qu'est thème pour la rébellion. Un grand merci pour cette leçon de black metal façon Québec.

Après ce show monumental orchestré par Forteresse, nous prenons la direction de la Odin Stage pour assister à la performance de King of Asgard. Surprenant comme groupe : une pêche incroyable, un amon amarth moins mélodique et plus couillu, de quoi plaire réellement à tout bon fan de viking/Death metal. Ce groupe sera la surprise de la journée, avec Khors.

Je ne vais pas faire dans le détail pour Graveland, cela serait inutile : bonne setlist et bonne prestance scénique mais je ne vais pas m'attarder sur ce groupe.

Partons dans le folk avec Heidevolk où le public était tellement déchaîné que la fosse s’est transformée en un véritable champ de bataille. Ils auront chauffé correctement la foule avant l'arrivée de Moonsorrow.

La soirée s'achève donc dignement en leur compagnie.

Après une nuit rythmée sur le thème du Bambou, nous arrivons donc à la dernière journée de ce festival et là, nous pouvons dire que le Ragnard Rock a choisi le plus gras pour finir cette seconde édition.

Ultime Bataille :

Début des festivités à 15h avec un petit groupe français, Azziard, qui compte dans ses rangs le bassiste et fondateur de Mortis Mutilati. Un show monumental pour un jeune groupe comme celui-ci qui aura tout d'un grand par la suite, en espérant les revoir sur scène bientôt, un très bel hommage pour Mika Bleu de leur part. Bref, si vous avez envie d'en prendre plein la face il faut les voir en live.
18h00, c'est l'heure de la messe noire orchestrée par Monarque. Le Metal noir du Québec revient en force avec un show d'une violence pas possible, avec quelques morceaux phares du groupe tels que le vent du nord, dans la vallée des larmes, également. Bref, Monarque, c'était énormissime !

Rotting Christ, par la suite, après un temps d'adaptation, fut tout aussi agréable à voir, le public avait l'air comblé et c'est là le principal.

Après deux heures de black metal, il est temps de partir dans les Fjords avec le Folk metal de Manegarm, jouant quelques titres de leur dernier opus et finissant leur set par Hemfard, morceau le plus connu du groupe. Un agréable moment avant les monstres de Kroda.

Kroda, ou la violence pure et simple… Un moment de guerre avec un public en rage. Le pit se forme petit à petit et ça cogne dur sur scène, à croire que le groupe veut régler ses comptes et montrer ce qu'est le Black Metal. Ils finissent en beauté sur Jesus Tod de Burzum, de quoi ravir bon nombre d'entre nous.

22h05, le festival arrive quasiment à son apogée, c'est le moment de voir sur scène une des figures emblématiques du black metal scandinave, Gaahls, avec son nouveau groupe Gaahls Wyrd. Il possède tellement de groupes qu'à force on s'y perd, mais bon, voyons ce que ça vaut sur scène… Bon, en fait, Gaahls Wyrd, c'est du Gorgoroth en clair jouant les morceaux tels que Sign of an open Eyes avec quelques guests en prime sur scène. Nous sommes satisfaits d'avoir entendu Incipit Satan, cela faisait bien longtemps ! Bref, qu'il soit dans tel ou tel groupe ne change rien : ce Gaahls est et restera l'une des plus grosses figures du Black Metal norvégien.

23h20, Nargaroth en préparation, nous avons eu l'honneur de voir sur scène les organisateurs de ce superbe festival pour un petit discours qui a ravi tout le monde, aucun incident ou autre. Un franc succès !

Nargaroth arrive sur scène malheureusement sans leurs accessoires scéniques dû à des problèmes de transports aériens, ce qui n'est pas réellement un souci : Nargaroth sait comment faire malgré tout. Ils débutent leur live par le bien connu Black Metal Ist Krieg (oui, Nargaroth sans ce morceau dans la setlist serait un crime), avec un guest montant sur scène pour cracher quelques flammes, de quoi donner une vision d'enfer de cette scène. Le show de Nargaroth clôture cette seconde édition magnifiquement bien et nous avons eu le plaisir d'entendre The Day Burzum Kill Mayhem. Il est temps de se dire au revoir sur Possessed By Black Fucking Metal qui achèvera ce festival de la meilleure façon possible.

Petit compte rendu rapide : ce festival, n’en déplaise à certains, est une expérience à vivre et même à revivre ! Un accueil vraiment cool, des bénévoles contents d'être présents et d'aider au bon déroulement du festival, des organisateurs présents dans le festival, fiers et n'hésitant pas à remercier les festivaliers, ce qui fait plaisir à entendre, ce festival est recommandé à 100% et vivement l'an prochain pour remettre ça avec eux.

Un grand merci aux organisateurs et bénévoles pour cet événement qui est un véritable dépaysement. Que le Ragnard Rock perdure et continue son petit bout de chemin, ça sera un plaisir de remettre ça l'année prochaine. Remerciements également à Prince Albert pour ses conseils et son accueil.


Ben

 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011