Live reports

Accueil



























Design : essgraphics

RAGE AGAINST THE MACHINE , le 20 août, Rock en Seine, St Cloud

 

Le groupe était déjà passé à Bercy, mais j'ai préféré attendre de les voir sur ce festival en plein air pour mieux apprécier le son. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu sur ce point. Je ne parlerai pas des premières parties de cette journée, je ne les ai pas entendu, on m'a rapporté que dans l'ensemble ce n'était pas trop mal, mais on restait loin de l'enthousiasme passionné.

RATM monte sur scène à l'heure (c'est rare, ils ont fait un effort) et entame leur set par un Bombtrack qui déchire. Ils sont tous habillés en bagnard US symbolisant certainement le camp Guantanamo et signifiant leur désaccord sur ce qu'il s'y passait (ils ne changeront pas… quoi que). Un gros larsen le temps de se changer et le groupe enchaînera en piochant dans sa discographie finalement assez peu importante. La part belle est faite au premier album qui reste de loin le plus intéressant du groupe. On regrettera juste un petit flottement au milieu de concert, dû à des impros intéressantes pour le guitariste que je suis, mais peu passionnantes pour le quidam moyen.

Le concert se clôturera par « Killing In The Name » après 1h30 de show. N'est-ce pas un peu court monsieur Cateburry ? hum ? L'ambiance fut au rendez-vous dans les rangs des 30 000 festivaliers qui avaient fait le déplacement. Finalement, tout aurait été parfait si je n'avais décidé d'aller voir par curiosité le stand de merchandising. 35 € le T shirt, 30 € la casquette, pour un groupe à la morale clairement communiste et anticapitaliste, le décalage qui existe entre les beaux discours et la réalité ne manquera pas de décevoir les plus naïfs d'entre nous qui attendaient le retour de RATM pour repartir en croisade contre l'establishment. Une chose est sûre messieurs et dames, pour eux le combat est fini…

V.