Home  - Live reports

ADX KOB DARK NATION STEREOXYDE - WARD LEONARD 12/10/2006 Salle Rustic à Montereau

C'est avec un peu de retard que nous investissons les lieux du Festival metal organisé en partenariat avec la mairie de Montereau. Le groupe WARD LEONARD a déjà bien entamé son set. Ce groupe est celui du coin que la mairie impose plus ou moins en cas de partenariat et nous aurions été en droit de subodorer qu'il s'agirait d'un groupe de rock un peu jeune avec peu d'expérience. En fait il n'en est rien, le groupe tourne depuis un moment et la moyenne d'âge tourne plus volontiers autour de la trentaine que de la quinzaine. La voix du chanteur n'est pas sans nous rappeler le timbre de Bernie de TRUST, elle se place sur un accompagnement rock un peu à l'image de TELEPHONE avec des paroles dans notre langue et une bonne présence scénique. Le son n'est pas trop mal, on a juste du mal à entendre les paroles avec distinctions.
STEREOXYDE enchaîne après 15 minutes de pause. Le chanteur débarque en costume de chirurgien et le hard rock balancé par le groupe prend tout de suite des airs de gaudriole pour le plus grand bonheur du parterre de quelques 200 personnes (voir plus) présente ce soir là. La musique assez classique prend tout son sens avec des paroles montrant que le groupe ne se prend pas sincèrement au sérieux.
Vient ensuite le tour de DARKNATION qui chante lui aussi en français. Le heavy metal Thrashisant de ce groupe n'est pas sans rappeler KILLERS. Le groupe est un peu statique heureusement qu'Olivier, le chanteur, se démène comme un diable pour remuer l'assemblée. On pardonnera les quelques faussetés de ce dernier tant il semble content d'être là. Grand moment du set, le duo avec Phil (chanteur d'ADX) sur « Prière à Satan ». Reste qu'on a pas trop compris l'intérêt des deux jeunes demoiselles dansant sur scène. Manifestement elles ne savaient pas danser et n'avaient rien préparé donnant à l'ensemble un côté cheap dont le groupe à notre avis devrait se passer.
Une pause supplémentaire et KOB débarque sur scène. Ce concert doit marquer le départ de Stephan Graziani et de Rodolphe Bousquet de la formation. Il s'agit donc d'une sorte d'adieu de leur part. KOB nous aura littéralement soufflé la tronche, le son est propre, malgré quelques problèmes techniques avec le micro du chanteur et puissant. Trois inédits viendront ponctué les morceaux tirés des deux premiers albums du groupe « Mekanism of Time » et « Strafe The Underdog ». Un court solo de guitare de la part de Thierry démontrant que le gars avoine sévère, le temps de présenter les membres du groupe et c'est déjà le dernier titre. KOB reste l'un des groupes de Heavy les plus efficace sur scène, on espère que le changement de line up ne grèvera pas cette efficacité, pire on se prend à souhaiter que les deux démissionnaires changent d'avis (à notre avis il ne leur faudrait pas grand-chose pour ça, peut être quelques encouragements, c'est du travail après tout).
ADX débarque pour clôturer cette soirée. Ils joueront de malchance avec un micro HF HS (fin le jeu de mot). Nous n'entendons pas du tout la voix de Phil sur le premier titre. Changement de micro et cette fois il est bel est bien présent. Le groupe paraît des plus heureux de ce premier concert de reformation, le fun est là et se partage facilement avec le public acquis à leur cause. On entendra bien quelques pains à droite et à gauche, mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit de leur premier concert depuis un sacré bout de temps. Cela devrait s'améliorer au fil (Phil ?) des représentations !
Le groupe visitera à peu près toute sa discographie sans oublier le petit dernier « Résurrection ». ADX nous offrira un rappel avec pas moins de trois titres dont « Brocéliande » et « Caligula » qui mettra un point final à leur set après presque 1h30 de jeu.
Les lumières se rallument pour la plupart il est temps de partir. La possibilité de rester était trop tentante pour discuter avec les groupes pour certains qui profiteront de leur disponibilité et de leur gentillesse.
Pour certains 200 personnes pourrait paraître bien maigre pour ce genre de manifestation, mais si on compte que Montereau est à 80 kilomètres de Paris et que jouer du metal n'est pas toujours un gage de succès dans notre beau pays, il s'agit bel et bien d'un succès que nous serions heureux de voir se renouveler avec des groupes de cet accabit et cette même ambiance détendu.

 

V.

www.ultrarock.net

 





























www.ultrarock.net